Skip to navigation Skip to content

COVID-19 : La FICIME appelle au cas de force majeure

Interviewée par BFMTV, Laurence Fauque, Déléguée Générale de la FICIME, exprime les craintes des entreprises qu’elle représente face aux risques croissants que représente l’épidémie de Coronavirus, à savoir des problèmes dans l’approvisionnement et dans la livraison de leurs produits et dont les répercussions attendues sont une perte de chiffre d’affaires et des pénalités de retard liées aux livraisons. C’est pourquoi la FICIME sollicite le gouvernement.

Le cas de force majeure permettrait aux entreprises représentées par la FICIME, qui livrent des produits finis en flux tendus, de ne pas se retrouver isolées dans cette problématique de pénalités de retards.

Un plan d’actions a d’ores et déjà été mis en place par la FICIME avec :

- la création d’une cellule de crise,

- la rédaction de documents types pour informer l’ensemble de la filière,

- et la mise à disposition de circulaires juridiques.

En outre, les mesures de confinement prises en Italie suite à la propagation du coronavirus posent aussi problème dans la maintenance et l’installation de machines. Par exemple, les techniciens italiens sont notamment sollicités dans la maintenance des machines d’emballage en France et plusieurs d’entre eux ne peuvent plus aujourd’hui se déplacer.

La FICIME salue la réaction de Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, qui considère qu’il s’agit d’une problématique de filière d’approvisionnement et appelle à la solidarité entre les différentes acteurs en n’appliquant pas de pénalités de retard à leurs fournisseurs victimes de ces difficultés d’approvisionnement.

 Consultez le communiqué de presse.

Accéder à la liste des actualités