Skip to navigation Skip to content

L'impression écoresponsable

Du recyclage au conseil en passant par la compensation de l’empreinte carbone, les fabricants repeignent en vert leurs produits et services.

Réduire sa consommation de papier, d’encre ou de toner, rationaliser sa production de documents… s’inscrire dans une démarche d’impression écoresponsable peut paraître complexe alors qu’elle est aussi synonyme d’économie pour l’entreprise. Mais faire les bons choix parmi toutes les offres vertes du marché n’est pas aisé. Le choix de la technique d’impression est un élément clé dans la réduction de l’empreinte écologique, chez soi comme dans l’entreprise. Pour commencer, c’est un fait : les fabricants s’accordent pour dire que les imprimantes laser sont plus consommatrices en énergie que les machines jet d’encre. “C’est aujourd’hui la technologie de référence dans le grand public par manque de connaissance et habitude d’achat”, regrette Thierry Bagnaschino, directeur marketing d’Epson France. Énergivores, ces machines renvoient également plus d’ozone et de microparticules dans l’air dont on ne connaît pas encore réellement l’incidence sur la santé. “Nous nous efforçons de promouvoir la technologie du jet d’encre qui représente aujourd’hui le plus faible coût à la tâche et nécessite peu d’intervention de maintenance des machines”, poursuit-il.

Depuis 2008, Epson “évangélise” en ce sens. Pour l’entreprise, le choix d’un système d’impression adéquat peut permettre de réelles économies. “C’est bluffant. Pour les grands comptes, il peut y avoir des milliers d’euros d’économie entre l’utilisation d’impression jet d’encre et laser, mais l’achat responsable reste compliqué puisque la personne responsable du développement durable d’une entreprise est rarement celle en charge de l’achat des périphériques.” Pour favoriser le changement, Epson a lancé une page web “Faites la transition” proposant aux entreprises d’enregistrer leurs habitudes d’impression pour trouver la meilleure solution… et réduire leur consommation électrique et leur empreinte carbone.

Chez Konica Minolta, la réduction de l’empreinte carbone semble également au cœur des préoccupations, selon Florian Cassin, chargé de mission développement durable de l’entreprise : “En 2016, nous sommes arrivés à une réduction de 40 % des émissions de CO2 par rapport à 2005 sur la production”. Le fabricant s’est fixé l’objectif de réduire les émissions de CO2 de 80 % sur toutes les étapes du cycle de vie de ses produits d’ici 2050 sur base des émissions de 2005. “Le gros du travail de réduction a déjà été fait. Nous sommes donc très optimistes pour 2050.” Le fabricant Hewlett-Packard (HP) s’est quant à lui engagé à une réduction de 25 % de son empreinte globale. “Pour 100 dollars de produits vendus, nous baissons de 25 % l’intensité énergétique de nos produits”, explique Catherine Martial, responsable Europe des problématiques sociales et environnementales chez HP.

Lire le reste de l'article en ligne sur Lenouveleconomiste.fr.

Accéder à la liste des dossiers

Actualités