Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print
Accueil » Actualités » Télétravail : pourquoi faut-il aussi sécuriser les imprimantes ?

Télétravail : pourquoi faut-il aussi sécuriser les imprimantes ?

La crise sanitaire a rendu les entreprises encore plus vulnérables aux cyberattaques. Le télétravail a engendré une forte hausse des attaques, notamment celles par rançongiciels. Au même titre que les ordinateurs, les périphériques mobiles, les serveurs… les imprimantes multifonctions doivent aussi être protégées ; dans cette période où les échanges de documents entre bureau et maison se multiplient.

Si le télétravail a remis l’impression au goût du jour

Durant le premier confinement, sur le site d’e-commerce Amazon, le mot « imprimante » apparaissant en 6ème position des mots clés les plus recherchés, devant les masques de protection. L’étude de notre adhérent Epson a aussi démontré que :

  • 7 français sur 10 confirment avaient davantage utilisé leur imprimante au cours du confinement que l’an dernier à la même période.

A l’annonce du second confinement, les français se sont à nouveau rués sur les imprimantes. Les ventes chez Bureau Vallée ont été multipliées par 38 en une matinée.

D’après le cabinet IDC, le marché des imprimantes et des multifonctions a augmenté de 12,9 % (en volume) sur le marché européen au troisième trimestre 2020. Le télétravail et l’enseignement à distance ont influé sur les ventes en imprimantes jet d’encre et laser monochrome d’entrée de gamme, qui devraient continuer de croître jusqu’à la fin de l’année et même en 2021. 

Les imprimantes multifonctions sont aussi la cible d’attaques

D’après notre adhérent Sharp, 46% des collaborateurs n’ont jamais entendu parler d’imprimantes piratées. Pourtant la réalité démontre le contraire. Début novembre, c’est l’imprimante d’une papeterie à Toulouse qui était piratée. La machine a imprimé 500 feuilles sur lesquelles apparaissaient des messages de menace à caractère terroriste. C’est dans la nuit que l’imprimante a été activée à distance. Une deuxième attaque est même survenue deux jours plus tard en pleine journée.

Un exemple qui illustre, qu’en tant qu’objet connecté au réseau de l’entreprise, l’imprimante multifonction est un point d’accès pour les cybercriminels. Celle-ci doit être sécurisée pour éviter tous risques de vols de données, d’utilisation malveillante et d’attaques du Système d’Information.

La sécurité du système d’impression se définit autour de trois axes essentiels :

  • La sécurisation de l’accès direct au système d’impression grâce à l’authentification par badge ou mot de passe ;
  • La sécurisation des flux de numérisation et d’impression en créant notamment des profils utilisateurs ;
  • La sécurisation des usages en enregistrant les tâches effectuées par le biais de rapports détaillés, permettant d’identifier rapidement toute activité suspecte.

Sécurité des systèmes d’impression : ce qu’en disent les constructeurs

La rédaction du magazine d’Info Buro Mag a réuni, l’été dernier, sept de nos adhérents (Canon, Epson, Konica Minolta, Kyocera, Ricoh, Sharp et Toshiba), aux côtés d’autres acteurs, à l’occasion d’une table ronde consacrée à la sécurité des systèmes d’impression. Voici ci-dessous les citations de nos entreprises adhérentes, extraites du compte-rendu paru en septembre dans le numéro 147. 

« Le RGPD a été le premier phénomène d’accélération de la sécurité des systèmes d’impression en entreprise, la crise sanitaire est le second. » Jean-Pierre Blanger, Ricoh France

« Le télétravail a été un accélérateur pour la transformation numérique. Plus de données, plus de vitesses d’échanges, plus de stockage… la sécurité est un levier de la transformation numérique. » Enzo Gomes, Toshiba TFIS

« Tout ce qui était secondaire trois mois avant le confinement est devenu prioritaire en très peu de temps. » Magali Moreau, Sharp Business Systems France.

« L’ensemble de nos MFP comportent des protocoles de chiffrement appliqués aux données envoyées et stockées sur l’imprimante. Sur certaines générations anciennes, cette sécurité peut ne pas être toujours activée par défaut, le client doit donc être vigilant » Benjamin Claus,Kyocera

« De nombreuses entreprises, notamment les PME, ont du mal à payer un service de sécurisation pour leur MFP, car elles ne jugent pas cet appareil comme une source de danger » Florine Darmon, Konica Minolta Business Solutions France« Par exemple, dès que vous mettez en place, un système d’identification par badge, cela augmente de quelques secondes le temps de délivrance de l’impression. Sécuriser au plus haut niveau engendre forcément quelques désagréments pour l’utilisateur, d’où I’importance d’avoir des imprimantes qui se réveillent très vite » Emile Libeau, Epson France

L’avenir de l’impression sera-t-il dans le Cloud ?

Dans cette « nouvelle normalité » où le télétravail tend à se généraliser, comment est amenée à évoluer l’impression ?

L’impression dans le Cloud, à travers de nouveaux services comme Universal Print de Microsoft, permet de répondre aux besoins d’impression de l’environnement de travail hybride. Elle offre aux travailleurs à distance un moyen sécurisé de soumettre des travaux d’impression, soit à des imprimantes au bureau, à domicile ou sur d’autres sites. Les entreprises peuvent ainsi gérer leurs systèmes d’impression directement dans le Cloud, ce qui rend inutile la présence de serveurs d’impression sur site ainsi que l’installation de pilotes d’imprimantes sur les machines. Des groupes de sécurité pour l’accès aux imprimantes peuvent aussi être formés afin de renforcer la sécurité.

Côté constructeurs, comme l’explique Philippe Pelletier, Président de la Commission Marché et Prospective du SNESSII :

« Notre priorité est de pouvoir proposer à nos clients une solution qui pilote tous les systèmes d’impression, quelle que soit la technologie, dans l’entreprise et chez soi. »